1 05 2013

Le jeûne est-il bon pour la santé ?


 

De nombreux scientifiques et médecins semblent aujourd’hui affirmer que la pratique du jeûne pourrait être une bonne chose pour notre santé. Qu’en est-il vraiment ?

L’histoire de l’Homme et son évolution ont sélectionné les patrimoines génétiques capable de résister, de s’adapter et de se développer face aux restrictions alimentaires. Résultat du processus de l’évolution, le jeûne met en marche des mécanismes d’adaptations physiologiques particulièrement efficaces en utilisant les réserves que nous nous constituons naturellement lorsque nous mangeons. Mais nos modes de vies ont eux aussi changé depuis quelques dizaines d’années et nous nous trouvons aujourd’hui dans une société d’abondance, fait de repas quotidiens et réguliers où notre corps et notre patrimoine génétique ne semblent plus adaptés, ce qui pourrait expliquer de nombreux problèmes de santé modernes. Tout le paradoxe de notre santé est là, notre évolution nous a préparé à résister au manque mais pas à l’abondance !

C’est notamment la thèse de Michael Mosley, docteur britannique, qui affirme, notamment, que pour augmenter notre espérance de vie il ne faudrait pas dépasser la consommation de 600 kcal par jour (soit trois fois moins que ce que l’on consomme par jour). Poussant son raisonnement plus loin, il affirme notamment que la réalisation d’un jeûne une fois par semaine ralentirait la production de l’hormone responsable du vieillissement (ce jeûne aurait les mêmes propriétés que la restriction calorique qu’il préconise par ailleurs). Cependant, Michael Mosley n’est pas seul à aller dans ce sens, une étude américaine a pu montrer que l’on observait moins de maladies cardiaques chez les personnes pratiquant un jeûne religieux mensuel. Et l’institut sur la santé et le vieillissement de Londres affirme elle, dans une étude encore plus récente, que réduire sa consommation de nourriture de 40% permet de prolonger sa vie de 20 ans.

De manière encore plus précise certains scientifiques affirment que le jeûne permet de stimuler les forces curatives de l’organisme lui permettant de mieux résister, voir de mieux traiter, certaines maladies telles que l’hypertension artérielle, le diabète, l’asthme, l’insuffisance cardiaque, les allergies mais aussi certains cancers.

Ce serait ces mêmes mécanismes, mis en évidence par ces scientifiques, qui feraient du régime d’Okinawa, basé sur une alimentation restreinte mais aussi sur le choix d’aliments sains et bénéfiques pour la santé, un régime capable d’allonger l’espérance de vie.

Présente dans toutes les grandes religions monothéistes, le Christianisme, le Bahaïsme, l’Islam, le Judaïsme, ou encore l’Hindouisme, la pratique du jeûne ne doit cependant jamais être prolongée car cela comporte de grands risques en rendant, notamment, le corps sensible aux infections (par l’altération des défenses immunitaires).

L’autre danger du jeûne, mis en avant par la MIVILUDES, est que par le phénomène d’épuisement physique et mental qu’il provoque, les capacités de jugement et de résistance face à certains discours sont altérées, ouvrant les portes aux esprits sectaires qui ont trouvé le moyen là d’endoctriner facilement de nouveaux adeptes.

Cependant, outre ces dangers, la pratique du jeûne (et notamment celui consistant en un jeûne hebdomadaire préconisé par Michael Mosley) semble posséder de véritables bienfaits sur notre santé. Que la médecine s’intéresse de plus en plus à cette question est une bonne chance, preuve que la recherche dans ces domaines conservent des esprits ouverts.

Et vous, prêt à jeuner une fois par semaine ?

Source: http://www.mesacosan.com

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , ,