1 05 2013

Grossesse : Quels sont les signes de fausse couche?


 

fausse couche

Au premier trimestre, une grossesse sur 10 est interrompue par un avortement spontané. Le Dr Albert Ohayon, gynécologue obstétricien, vous aide à en déceler les signes.

1. Une pathologie

Le terme d´avortement s´applique aussi à l´expulsion d´un embryon ou d´un foetus avant la fin du sixième mois de grossesse. L´avortement est une pathologie relativement fréquente puisqu´elle touche, au premier trimestre, près de 10% des grossesses diagnostiquées.

Parmi les avortements spontanés du premier trimestre, on distingue l´avortement isolé des avortements à répétition, aussi appelés »habituels ».Dans la majorité des cas, vous savez que vous êtes enceinte. On pense que près de la moitié des oeufs fécondés vont interrompre leur développement, avant même que ne s´installe un retard de règles. Ce n´est pas de cette situation dont nous parlons ici mais des fausses couches qui interviennent au cours du premier trimestre de grossesse.

Le saviez vous ? La période embryonnaire dure deux mois environ, jusqu´à la dixième semaine d´aménorrhée. Par la suite, l’embryon est appelé foetus puisque survient la période foetale.

2. Quels sont les signes

Le saignement : cela peut varier de couleur et aller du sang noir mêlé de sécrétions vaginales aux pertes rosées ou rouge, plus ou moins abondantes.

Les douleurs : elles sont variables aussi, mais ressemblent souvent aux douleurs ressenties au cours de certaines règles, souvent reconnues par la patiente comme des contractions utérines.Ces deux signes indiquent l´imminence de l´expulsion mais peuvent tarder à survenir après l´arrêt de la grossesse.

L´atténuation des signes dits »sympathiques de grossesse »: nausées, vomissements et tension mammaires en particulier tendent à diminuer.

3. Le diagnostic

Lors d´un avortement spontané du premier trimestre, il n´y a pas beaucoup de risques. L´oeuf est rarement ouvert, les connexions utéro-placentaires sont minimes et ne peuvent pas être à l´origine de saignements trop importants. Le muscle utérin est vigoureux, aidé en cela par la faible imprégnation hormonale du début de grossesse.

Il y a donc peu de risques d´infection ou d´hémorragie.Il y a, par contre, le risque de méconnaître une grossesse extra utérine. En effet, en l´absence de consultation ou d´échographie précédentes, on peut, ne trouvant pas de trace de l´oeuf dans l´utérus, penser qu´il a été éliminé, alors qu´il est situé ailleurs, en position de déclencher une hémorragie interne.

C’est pourquoi il est important de consulter votre gynécologue dès que vous avez le sentiment que quelque chose ne tourne pas rond dans votre grossesse. L´échographie est la méthode diagnostique de choix car elle visualise le contenu utérin. Si le sac est présent dans l´utérus, qu´un embryon est visible et l´activité cardiaque non retrouvée, le cours de la grossesse s´est interrompu, ça ne fait pas de doute.

Autre cas facile, le sac ovulaire est en cours d´expulsion, en position basse, voire dans le col.

Lorsque le diagnostic est plus compliqué à faire, le gynécologue complète avec d’autres examens, l’évolution du taux de bhcg, par exemple, des hormones qui augmentent tant que le placenta se développe. Une diminution, voire une stagnation du taux des bhcg signifie souvent l´arrêt du développement de la grossesse.

4. Quand il faut vider l’utérus

Puisque la grossesse est interrompue, il faut vider l´utérus pour ne pas risquer de voir les débris s´infecter.

L´utérus évacue, assez souvent, lui même la grossesse. C´est court mais très douloureux. Dans ces cas là, il faut ensuite s´assurer, par une échographie, c´est le plus simple, de l´absence de résidus ovulaires.

Mais quand l´oeuf tarde à être évacué naturellement ou quand il semble trop volumineux pour avoir des chances d´être éliminer en totalité, on procède à l´évacuation utérine chirurgicale. Idem si la patiente n´est pas en mesure, psychologiquement, d´attendre une issue spontanée.

5. Le rôle des anomalies chromosomiques

Les anomalies chromosomiques sont souvent à l’origine d’avortement spontané. En voici les principales raisons.

Les anomalies de nombre : des paires de chromosomes en plus, triploïdies (3 fois 23 chromosomes), tétraploïdies (4 fois 23), souvent responsables des oeufs clairs. Des chromosomes en plus, trisomies (47 chromosomes) ou en moins, monosomies (45 chromosomes).Les anomalies de nombre sont dues au hasard et ne risquent donc pas de récidiver.

Les anomalies de structure : il s´agit d´atteintes de la structure même des chromosomes, résultant de lésions qui proviennent des parents. En effet, un des parents peut disposer d´un capital génétique complet, mais mal distribué. Lorsque ses chromosomes de séparent pour créer les gamètes, ovule ou spermatozoïdes, il peut livrer un « jeu »incomplet, c´est un peu le hasard de la division. Ces anomalies risquent donc de se répéter aux prochaines tentatives.

Les anomalies de la cavité utérine: la cavité peut avoir des particularités qui font qu´elle ne favorise pas le développement de l´oeuf.

Certaines anomalies sont congénitales:

– un utérus mal développé
– un utérus divisé en deux par une cloison
– un utérus déformé par le Distilbène, un médicament pris par la mère de la patiente lorsqu’elle même était enceinte.

Cette hormone synthétique s’est révélée être la cause de malformations et de cancers de l’appareil génital féminin des foetus qui y avaient été exposés.

Les causes hormonales

L´hypothyroïdie ou le diabète peuvent être à l’origine d’avortements spontanés. On évoque également des déficits en hormones sexuelles, en particulier en progestérone.

6. Après un curetage

Après un curetage, vous devez prendre votre température corporelle tous les jours durant quatre jours suivant la sortie et avertir votre gynéco si celle-ci dépasse 38 degrés. Après l’opération, votre gynéco vous proposera sans doute la prise d´une pilule contraceptive.

Pourquoi reprendre la pilule?

Votre muqueuse a été curetée. Une sorte de petite cuillère aux bords mousse a gratté, voire raviné les faces de la cavité utérine pour éviter d´y laisser des débris. Pour régénérer plus vite ce velours, une séquence hormonale fortement dosée est préférable au processus cicatriciel normal. Vous allez saigner après l´intervention, la prise de cette pilule va accélérer la pousse de la muqueuse et contribuer à diminuer le saignement.

Vous avez sans doute envie de remettre ça tout de suite mais il vaut mieux laisser la cavité éliminer tous les débris de votre fausse couche.

Source > TopSante.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,