1 05 2013

Une séance d’ABDOS peut mener à l’orgasme


 

L’orgasme sans rapport sexuel, ce serait possible rien qu’en pratiquant du sport, et surtout des abdos, selon les résultats étonnants d’une étude américaine.

Le sport est bon pour la santé et pour l’orgasme aussi. Des chercheurs de l’université de l’Indiana ont prouvé à travers une étude publiée dans la revue américaine Sexual and Relationship Therapy que les femmes peuvent éprouver du plaisir voire atteindre l’orgasme lorsqu’elles font du sport. Cet état que les chercheurs qualifient de « coreorgasme » se produirait le plus souvent en pratiquant des exercices d’abdominaux. 370 femmes âgées de 18 à 63 ans en ont fait l’expérience. 246 femmes ont dit ressentir du plaisir sexuel à travers l’exercice physique et 124 autres ont parlé d’orgasme induit par des pratiques sportives spécifiques. Signalons au passage que ce panel de femmes volontaires était en couple ou mariées et que 69 % d’entre elles étaient hétérosexuelles.
Quels sont les sports à ce point stimulants ? Il semblerait que l’exercice qui soit le plus propice à l’orgasme et au plaisir sexuel soit le travail des abdominaux. Il a remporté l’adhésion de plus de la moitié des sondées. Viendraient ensuite le lever de poids (26 % des femmes), la pratique du yoga (20 %), le vélo, la course et en dernière place le trekking.
Simple coïncidence ? Pas vraiment. Le coreorgasme serait un phénomène plus que sérieux à en croire l’étude : deux femmes sur cinq disent en avoir fait l’expérience au moins dix fois. Sans besoin de se masturber ou de fantasmer sur quelqu’un d’autre.
L’orgasme en faisant du sport serait quelque chose plus courant qu’on ne le pense, de l’avis des chercheurs qui y voient la possibilité pour les femmes d’améliorer leur vie sexuelle.
Le Dr Victoria Zdrok, une sexologue interrogée par Men’s health, apporte une ébauche d’explication à cette forme d’orgasme : « Quand une femme fait de l’exercice, elle libère des endorphines et de la dopamine, deux hormones qui interviennent dans l’orgasme. Ces deux substances combinées à la tension ressentie dans les muscles peuvent engendrer une certaine excitation ». Un orgasme lié aux muscles ? Voilà de quoi remettre en cause l’idée selon laquelle les femmes auraient des orgasmes plus « cérébraux ».