20 11 2013

Quiz : êtes-vous incollable sur le rhume ?


 

quiz  

Le thermomètre plonge et les virus remontent à la surface. Dans le rôle de la bouée de sauvetage, la pharmacie et ses antirhumes. Deux règles: choisir des remèdes adaptés à vos symptômes et les prendre le plus tôt possible. Mais êtes-vous incollable sur le rhume?

Un rhume est extrèmement contagieux

OUI – D’origine virale, le rhume se transmet par les éternuements, la toux ou par contact. Dans ce dernier cas, il passe directement d’une personne à l’autre par les mains ou par l’intermédiaire des poignées de porte, des claviers d’ordinateur, des téléphones…
Et pas question d’être immunisé, même si on a eu plusieurs rhumes au cours des mois précédents. Comme il existe plus de deux cents virus responsables du rhume, il est impossible d’être totalement immunisé.

Les antibiotiques permettent de l’enrayer

NON – Ces médicaments n’agissent pas sur les virus et n’ont pas prouvé leur capacité à réduire la durée du rhume ou à empêcher les complications. En revanche, le médecin peut être amené à prescrire une antibiothérapie si votre état ne s’améliore pas au bout de sept à dix jours ou devant des complications bactériennes: otite, sinusite, bronchite, conjonctivite…

Les antirhumes peuvent être contre-indiqués

OUI – N’oubliez pas de signaler au médecin vos autres problèmes de santé. Et indiquez au pharmacien quels médicaments vous prenez, même s’il ne vous le demande pas! Les molécules antiallergiques (antihistaminiques) ou bien vasoconstrictives sont contre­-indiquées si vous souffrez de glaucome à angle fermé ou de troubles urinaires, qu’ils soient ou non d’origine prostatique.
Les vasoconstricteurs sont également interdits en cas d’hypertension artérielle importante, d’antécédent d’accident vasculaire cérébral ou d’insuffisance coronarienne sévère. Ils ne font pas non plus bon ménage avec des anti­migraineux comme la dihydroergotamine et avec certains antidépresseurs.

Les antirhumes peuvent passer dans le lait maternel

OUI – Il vaut mieux éviter de les prendre pendant l’allaitement, ­surtout s’ils contiennent des vasoconstricteurs (qui diminuent le calibre des vaisseaux sanguins et ainsi l’obstruction nasale). Néanmoins, si votre médecin vous l’a recommandé, le médicament doit toujours se prendre après avoir allaité. Et si possible une seule fois pas jour, après la dernière tétée du soir.
Enfin, que vous allaitiez ou pas, le traitement doit vous soulager en cinq jours tout au plus. Si les symptômes persistent, mieux vaut demander l’avis d’un médecin.

Source: http://www.topsante.com/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Scorpion
Soleil en Scorpion
28 degrés
Sagittaire
Lune en Sagittaire
7 degrés
Nouvelle Lune
Nouvelle Lune
0 jour

F A C E B O O K