16 07 2017

Pour sa collection Alta Moda, Dolce & Gabbana voit les choses en grand à Palerme


 

 

Les designers de Dolce & Gabbana ont dévoilé samedi 8 juillet leur collection couture à Palerme. Une destination qui n’a pas été choisie au hasard.

Envoyé spécial à Palerme. C’est une luxueuse mécanique parfaitement huilée. Samedi 8 juillet, en début de soirée, les invités de Dolce & Gabbana sont acheminés vers le petit village de Monreale, qui surplombe la baie de Palerme. Un vaste podium circulaire a été dressé sur la place principale, autour de la statue du roi Guillaume II de Sicile, qui, au cours du XIIe siècle, a fait appel aux meilleurs artisans du pourtour méditerranéen pour construire cet époustouflant Duomo di Monreale. Un échafaudage en escaliers couleur d’or dévale du balcon principal du monastère attenant, jusqu’aux portes de la cathédrale de style normanno-arabo-byzantin.

Extrême richesse ornementale

À l’heure annoncée du show Alta Sartoria (la collection couture masculine) et tandis que les vantaux monumentaux de cette dernière s’entrouvrent, les bancs sont encore clairsemés. Les premiers hôtes osent pénétrer dans l’édifice d’une extrême richesse ornementale, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015. Puis, au gré des couloirs dérobés et des accès habituellement fermés au public, toute l’assemblée s’éparpille, ébahie par la sacristie aux précieux habits, aux objets de messe et ouvrages liturgiques exposés pour l’occasion par les vastes appartements de l’archidiocèse et, last but not least, l’inimaginable terrasse dominant Palerme et sa baie de Conca d’Oro qui n’usurpe décidément pas son nom, au coucher du soleil.

Les selfies pleuvent, ce panorama inattendu en toile de fond. La plupart des 340 clients des quatre coins du monde conviés par Dolce & Gabbana sont en tenue de fête, de la tiare aux souliers, créations haute couture des saisons passées de la maison. À l’exception de quelques femmes portant déjà leur ultime coup de cœur issu de la collection féminine, Alta Moda automne-hiver 2017, révélée la veille.

Une attention à chaque client

Le week-end précédent, le défilé Alta Sartoria était le point d’orgue de l’Alte Artigianalità, quatre jours de présentations haute couture et haute joaillerie pour les deux sexes, orchestrés dans le chef-lieu de cette Sicile chère aux deux designers. Cinq ans après le lancement de la ligne Alta Moda à Syracuse, sur cette même île et berceau de Domenico Dolce. Les éditions suivantes eurent lieu à Venise, Capri, Portofino et, l’an passé, à Naples. «Naples, le miroir de Palerme bien que cette dernière soit plus discrète et réservée. Ici, la beauté se cache souvent à l’intérieur, derrière les lourdes portes d’insoupçonnables palais reflétant, à travers leurs multiples architectures, les vagues d’occupation de la ville», explique Stefano Gabbana. «Il existe un formidable mélange de styles, un brassage de cultures et, aussi, un profond respect, voire une convivialité, entre les uns, les autres, quelles que soient les classes sociales», ajoute Domenico Dolce. Un sens de l’accueil et de la simplicité dans les échanges que le duo a fait sien dans le cadre de ces manifestations couture.

Ici, la beauté se cache souvent à l’intérieur, derrière les lourdes portes d’insoupçonnables palais
Sinon désintéressés, du moins sincères, ils prennent la pose avec leurs fans et trinquent avec les «amis». Cette proximité semble amplifier le succès des luxueux modèles, comme si leur attitude, tout sauf snob, renvoyait à une époque pas si ancienne où ce type de défilés était avant tout destiné aux clientes et où les couturiers étaient moins médiatisés, plus accessibles que les directeurs artistiques d’aujourd’hui. Ainsi, à Palerme avec les Dolce & Gabbana, pas de doute, les guest stars sont les fortunés qui ne comptent pas pour porter leurs couleurs.

Sur un air de Visconti

Le choix très personnel des lieux participe aussi de la réussite du week-end. Domenico Dolce et Stefano Gabbana ne se font pas prier pour partager des anecdotes sur les différents endroits de l’île ayant inspiré leurs nouvelles collections de vêtements et de bijoux. Comme le Palazzo Gangi – jamais ouvert à une manifestation publique et connu pour avoir accueilli le tournage du Guépard (1963), de Luchino Visconti -, où se tient, le jeudi soir, la présentation de haute joaillerie féminine. Les correspondances s’établissent entre les sautoirs, les bracelets, les boucles d’oreilles et autres broches réalisés en pièces uniques, et l’opulence baroque de la galerie des glaces du palais, voire les parures de la jeune Claudia Cardinale en ces murs. Comme le Palazzo Mazzarino, autre demeure privée où les tapisseries anciennes tutoient les œuvres monumentales de Damien Hirst. Il abrite, le lendemain, la première édition officielle de bijoux pour homme, sur le thème du roi Frédéric II, qui encouragea au XIIIe siècle la rencontre des cultures grecque, musulmane et latine à Palerme.

L’art de la citation

Cette diversité propre à la plus ancienne des villes italiennes, ayant subi quinze invasions à travers les siècles, est le point de départ de la collection Alta Moda, le soir même. En ouverture, autour des fontaines de la Piazza Pretoria, une jeune fille de l’île aux cheveux blonds et aux yeux bleus a été spécialement choisie par les deux designers en référence à la domination des Vikings qui apporta tout son faste caché à la cité. Sa robe aux immenses jupons évoque celle d’Angelica dans le film de Visconti. Une autre, un peu garçonne dans son habit repris par une martingale couverte de gros cabochons, est plus proche de la tenue de Tancrède, inoubliable Alain Delon.

Les Dolce & Gabbana ne sont jamais avares de citations littérales, mais ce n’est pas le trait principal de cette édition excessivement riche dans sa proposition – 126 passages – comme dans ses effets imprimés, ciselés, ajourés, peints à la main, faufilés de coraux, brodés de pierres, décorés de plumes ou de feuilles d’or. Chaque silhouette fait appel à des trésors de savoir-faire. Parfois, des robes paraissant des plus simples s’avèrent intégralement cousues de points de croix ou de petits jours réclamant des mois d’attention… et trouvant acquéreur en un rien de temps. À l’issue de ce défilé Alta Moda, l’ensemble des looks, accessoires et bijoux compris, était installé dans un showroom proche du lieu du dîner. Le lendemain, il se disait qu’il n’avait pas désempli jusqu’à 7 heures du matin.

Revoir le défilé Alta Moda Dolce & Gabbana 2017

Source: http://madame.lefigaro.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Scorpion
Soleil en Scorpion
3 degrés
Sagittaire
Lune en Sagittaire
23 degrés
Premier Croissant
Premier Croissant
4 jours

F A C E B O O K