16 07 2017

Poids : quand les bactéries nous font grossir


 

 

Nous sommes tous inégaux face aux kilos en trop. Et si notre capacité à prendre de l’embonpoint dépendait aussi du bon équilibre de notre flore intestinale ? Des scientifiques l’affirment.

Il peut peser jusqu’à 5 kg et se nourrit de ce que vous avalez. Le microbiote, écosystème propre à chacun, est plus ou moins riche et varié en familles de bactéries selon les individus et les morphologies. «À apport calorique identique, nous n’avons pas tous le même métabolisme de base. En clair, certains grossissent alors qu’ils mangent peu. D’autres facteurs que le simple apport calorique influent donc sur la prise de poids», explique le Pr Gabriel Perlemuter, chef du service d’hépato-gastro-entérologie à l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart et auteur du livre Les Bactéries, des amies qui vous veulent du bien(Solar Éditions). On s’est longtemps intéressé aux gènes qui pourraient expliquer la prise de poids mais on se rend aujourd’hui compte que certaines personnes en surpoids ont des bactéries moins nombreuses et moins diversifiées que des personnes avec un poids normal.»

Les chercheurs ont identifié un déséquilibre entre deux grandes familles de micro-organismes: les Bacteroidetes, minoritaires, et les Firmicutes, excédentaires. Cette perte de diversité dans la flore intestinale des personnes obèses se confirme chez la souris. Un tel phénomène pourrait expliquer pourquoi les régimes échouent plus facilement chez les personnes obèses. «Leur microbiote va induire une récupération de calories plus importante et des complications métaboliques. Un cercle vicieux s’enclenche, favorisant le stockage de graisses, une inflammation et un risque accru de diabète», souligne Francisca Joly Gomez, gastro-entérologue, professeur de nutrition à l’université Paris-Diderot et auteur de l’ouvrage Bien nourrir votre intestin(Ed. Marabout).

Privilégier les aliments riches en prébiotiques

Si les bactéries influencent notre poids, il est inversement possible de jouer sur nos bactéries pour influer sur celui-ci. Notamment en modifiant le microbiote, et ce via l’alimentation. «Les chercheurs se sont rendu compte qu’une modification prolongée du régime alimentaire pouvait avoir un impact, positif ou négatif, sur le microbiote, explique le Pr Joly Gomez. Une alimentation de type fast-food, trop riche en matières grasses animales, semble favoriser l’appauvrissement du microbiote.»

La solution est donc dans les fibres, comme l’explique le Pr Perlemuter: «En situation de surpoids, la perméabilité de l’intestin aux toxines est anormalement élevée. Il faut donc consommer des aliments riches en prébiotiques, globalement assimilables aux fibres, pour augmenter la diversité de bactéries.»
Mieux vaut donc mettre au menu des légumes riches en fibres tels qu’artichauts, asperges, chicorée, brocolis, betteraves, haricots verts et épinards. Rien de tel pour enrichir la biodiversité des bactéries, mais également augmenter la satiété tout en diminuant la consommation d’aliments «toxiques» sur la prise de poids comme les graisses et le sucre, à condition de miser sur la durée. Mais attention, changer trop brutalement d’alimentation en l’enrichissant en fibres peut être la source de ballonnements digestifs importants!

Source: http://sante.lefigaro.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Balance
Soleil en Balance
27 degrés
Balance
Lune en Balance
9 degrés
Nouvelle Lune
Nouvelle Lune
27 jours

F A C E B O O K