6 02 2017

Parfum : la famille « Portrait » de Penhaligon’s revient sur fond de scandale


 

Pour la Saint Valentin, l’illustre maison de parfums Penhaligon’s agrandit sa famille « Portrait » avec deux protagonistes/parfums aux mœurs très légères mais aux caractères bien trempés. Voici en exclusivité la narration animée de cette trépidante fiction olfactive.

La prestigieuse maison anglaise de parfums, Penhaligon’s, a décidé de bousculer les codes et les mœurs pour la Saint Valentin en dévoilant deux nouveaux personnages de sa fiction olfactive et donc deux nouveaux parfums enivrants. En effet, à la famille Portrait – déjà composée de Lord George, de Lady Blanche, du Duc et de la Duchesse Rose – viennent s’ajouter Clara la clandestine et son fils Roaring Radcliff. Un scandale de haute volée prêt à éclater dans l’aristocratie anglaise de l’époque puisque Clara n’est autre que la maîtresse du Lord et Radcliff leur fils illégitime.

« DOWNTON ABBEY » VERSION PARFUM

Si le premier chapitre de la famille « Portrait » s’était ouvert sur de belles notes comme la rose ou l’iris pour les femmes et le cognac ou le bois tannés pour les hommes, le deuxième chapitre, plus scandaleux, offre une partition plus piquantes et mixtes. Pour la maîtresse, ce sera de la vanille rhum et du patchouli ambré. Un savoureux mélange qui pourra être aisément porté par les hommes. Et pour l’illégitime adepte des jeux et de la nuit, ce sera le rhum, le pain d’épices et le tabac ! Une histoire olfactive enivrante qui nous donne envie de nous replonger dans la belle série « Downton Abbey » autant que de collectionner chaque portrait de la maison.

L’ART DE L’IMAGE ET DU FLACONNAGE

Le prix du parfum a beau être élevé (225 €, 75 ml), le flaconnage et l’histoire sont tellement travaillés qu’on en redemanderait presque. Chaque personnage possède son propre symbole illustré sur le bouchon réalisé à base de poussière d’or. Radcliff a hérité du lion quand sa mère est incarnée par le paon, cet animal charmeur. L’illustratrice Kristjana Williams, saluée par la critique, est une Islandaise diplômée de Central Saint Martins à Londres. Elle a mêlé pour Penhaligon’s des gravures victoriennes à des dessins et des couleurs d’aujourd’hui. La maison a également poussé le jeu jusqu’à développer son site pour revenir sur tous les rebondissements de la famille. Addictif.

Source: http://www.elle.fr/