23 08 2013

Maladie d’Alzheimer : le rôle du cuivre en question


 

Deux études s’opposent sur l’impact du cuivre que l’on absorbe à travers l’eau du robinet. Pour l’une, ce métal prévient la maladie d’Alzheimer, pour l’autre le cuivre favorise le développement de cette pathologie. Explications.

maladie  

Le cuivre joue-t-il un rôle néfaste dans la survenue de la maladie d’Alzheimer, la forme de démence la plus fréquente au monde ? Les scientifiques se divisent sur la réponse après la parution d’une nouvelle étude américaine qui soupçonne l’accumulation de cuivre dans le sang de contribuer à la maladie d’Alzheimer. Le Dr Rashid Deane, professeur de médecine au centre de neurochirurgie du centre médical universitaire de Rochester aux Etats-Unis conclut dans ces travaux qu’ « avec le temps, l’effet cumulé du cuivre affecte le système permettant d’éliminer du cerveau la protéine bêta-amyloïde qui est toxique et joue un rôle clé dans Alzheimer ».

Le cuivre, du poison pour les uns

Le cuivre est naturellement présent dans le cerveau où il contribue au bon fonctionnement du cerveau en protégeant les neurones de l’oxydation. Mais en quantité trop élevée, le cuivre s’avèrerait un élément toxique et favoriserait l’assemblage sous forme de plaques de la protéine bêta-amyloïde. Dans les comptes-rendus de l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS), le chercheur, qui a effectué ses travaux sur des souris et des cellules cérébrales humaines, pointe du doigt l’excès de cuivre, «un des facteurs environnementaux clé qui provoque l’accumulation de cette protéine dans le cerveau, où elle forme des plaques caractéristiques de la maladie d’Alzheimer ».

Le cuivre, un protecteur pour les autres

Problème, la thèse du Dr Deane est battue en brèche par une étude de février dernier, réalisée par l’université de Keele, au Royaume-Uni. Dans la revue Nature, les auteurs affirment qu’on ne peut rien reprocher au cuivre puisque la quantité de cuivre dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer est « plus faible que chez les sujets normaux ». Selon Christopher Exley, un des chercheurs, le cuivre aurait plutôt un effet protecteur : « Des recherches y compris la nôtre montrent que le cuivre empêche la formation des plaques de bêta-amyloïde », arguant avoir mené ces travaux sur 60 cerveaux humains de personnes décédées d’Alzheimer ou d’une pathologie proche.
Qui dit vrai ? Aucune étude ne permet de trancher dans le vif. Mais en lisant les conclusions du Dr Deane on ne peut que s’interroger sur les liens supposés entre l’épidémie de la maladie d’Alzheimer et l’utilisation des tuyauteries en cuivre. Les résultats controversés du Dr Deane sont en effet basés sur les doses de cuivre semblables à celles que l’on ingère normalement en consommant normalement de l’eau du robinet. Pas très rassurant.

Source: http://www.topsante.com/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Cancer
Soleil en Cancer
1 degré
Sagittaire
Lune en Sagittaire
3 degrés
Lune Gibbeuse Croissante
Lune Gibbeuse Croissante
11 jours

F A C E B O O K


Link

Recevez avec un apéritif dinatoire flunch Traiteur !