14 06 2016

L’hôtel d’Avène fait peau neuve


 

lhotel  

Après trois ans de travaux, l’établissement de la célèbre station thermale de l’Hérault rouvre ses portes aux curistes et à leur famille venus du monde entier.

Envoyée spéciale à Avène. – Vendredi 10 juin, lors de l’inauguration du nouvel Eau Thermale Avène l’Hôtel, deux petits curistes de 7 ans, des jumeaux australiens, ont coupé le ruban au côté du ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet.
La mission aurait pu être confiée à un adolescent chilien, à un garçonnet coréen ou à une fillette anglaise, tous en cure ces jours–ci dans le centre thermal français spécialisé en dermatologie. Car la notoriété de la station Avène, idéalement située au pied des Cévennes, dans le parc régional du Haut-Languedoc, ­dépasse largement les frontières de l’Hexagone – ainsi, le Koweït remboursera désormais ces traitements. Propriété du groupe Pierre Fabre, 100 % «  made in France  », les laboratoires dermatologiques affichent, avec cette inauguration, un concentré de savoir-faire scientifique et humain, finalisant la dernière phase d’une cure de jouvence commencée il y a trois ans.

La nature mise en avant

Après la rénovation du site de production, l’installation du «  laboratoire de l’eau  » et l’extension de la station thermale, Avène voulait se donner les moyens de recevoir ses 3  000 curistes annuels, venus du monde entier, dans les meilleures conditions. «  En cinq ans, nous avons investi 70 millions d’euros dans les travaux, dont 18 millions pour le nouvel hôtel, qui vise les quatre étoiles  », précise Nuria Perez-Cullell, directrice générale d’Avène, qui a suivi ce chantier initié par Pierre Fabre avant sa disparition, en 2013. Une pergola conçue comme une promenade permet de circuler facilement des thermes à l’hôtel, et assure au visiteur un passage abrité du soleil… et des regards. Reconstruit (quasiment dans son intégralité par des entreprises régionales) à la place de l’établissement d’origine devenu obsolète, l’immense bâtiment respecte l’environnement naturel et la diversité écologique alentour. Avec les montagnes en arrière-plan, entre bleu azur et camaïeux de verts, ses courbes toutes en verre et transparence sont signées par l’architecte Roger Taillibert, à qui l’on doit entre autres le Parc des Princes. Un ami du fondateur, avec lequel il a imaginé le projet dès la première heure. Du minéral et des teintes végétales, la nature devait donner le ton.
«  J’ai opté pour la sobriété, le confort, renchérit Céline Galinier, l’architecte d’intérieur qui a aménagé les soixante chambres, dont quatre suites. La décoration, douce et classique, privilégie le ­regard sur le paysage, en réponse à la ­parenthèse que chacun vient ouvrir ici.  » Puisque la clientèle est un peu particulière, patients souffrants de pathologies cutanées et leurs accompagnants.

Une source bienfaisante

Lorsque Pierre Fabre achète, en 1975, cette station thermale à l’abandon de la vallée de l’Orb, le pharmacien visionnaire ne doute pas de son potentiel. Il anticipe un thermalisme plus moderne et apporte le constat scientifique à ce qui n’était, le siècle précédent, qu’empirique. En 1990, le site d’Avène - certifié Aquacert en 2010 - ouvre autour de la source Sainte-Odile, une eau faiblement minéralisée, riche en silicates aux vertus apaisantes, qui soulage eczémas, psoriasis, cicatrices, brûlures et autres lésions visibles.
La marque de soins Avène est lancée la même année avec le succès fulgurant que l’on sait, sans campagne de publicité mais avec le soutien des dermatologues et des pharmaciens, incontournables prescripteurs. «  Les traitements sur place et nos crèmes apportaient alors une réponse simple et précise à des problèmes d’épiderme restés jusque-là sans solution  », reprend Nuria Perez-Cullell. La gamme de dermocosmétiques est aujourd’hui leader des ventes en pharmacie en France et séduit dans tous les continents, des États-Unis à l’Asie (les Chinois notamment sont des inconditionnels du spray d’eau thermale, qui s’écoule là-bas à des millions d’unités, et de la crème Tolérance Extrême). Les laboratoires ont breveté récemment un procédé de fabrication de cosmétiques stériles pour garantir une parfaite innocuité, aussi bien lors des soins dans la station que dans les tubes à utiliser à la maison grâce à cette eau ­puisée directement à la source et en profondeur, et ainsi protégée de toute manipulation humaine. Plus de 105 millions de produits de soin sont fabriqués chaque année dans ce petit village de 400 âmes l’hiver et de plus de 4000 l’été.

Source: http://madame.lefigaro.fr/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Gémeaux
Soleil en Gémeaux
0 degré
Balance
Lune en Balance
2 degrés
Lune Gibbeuse Croissante
Lune Gibbeuse Croissante
9 jours

F A C E B O O K