12 07 2014

La pêche, un trésor nutritionnel !


 

peche

Originaire de la Chine, la pêche est synonyme d’été! En France, on en cultive une quarantaine de variétés, tandis qu’au Québec on connaît surtout celles à chair blanche et à chair jaune. Malheureusement, la pêche ne reste pas longtemps sur les tablettes; voici donc quelques conseils pour profiter le plus possible de ce fruit!

La pêche est hyper nutritive. Elle contient de la niacine, de la thiamine, du potassium et du calcium. Elle est également riche en bêtacarotène, un antioxydant qui se transforme en vitamine A, essentielle à la santé du cœur et des yeux. De plus, on dit que ce fruit soulage les ulcères d’estomac et autres problèmes digestifs, comme la colite, et les maladies rénales.

L’achat
La pêche est un fruit très fragile qui pourrit facilement. On ne la choisit pas trop dure — la chair doit céder légèrement sous la pression des doigts —, et elle doit être exempte de taches brunes ou de meurtrissures.

La conservation
Les pêches un peu dures mais matures peuvent être conservées à la température ambiante jusqu’à ce qu’elles soient parfaitement mûres. On peut accélérer leur mûrissement en les mettant dans un sac de papier. Une fois qu’elles sont mûres, elles se conservent au réfrigérateur de quatre à cinq jours. On évite de les entreposer les unes par-dessus les autres, car cela pourrait accélérer leur pourrissement. Avant de les consommer, on les sort du réfrigérateur afin qu’elles révèlent toute leur saveur.

La préparation
On les lave à l’eau froide juste avant de les manger ou de les apprêter. Les pêches conviennent bien aux conserves et se congèlent facilement. On les pèle, on les coupe en quartiers, qu’on arrose de jus de citron (pour prévenir le brunissement), et on les congèle en une seule couche sur une plaque à biscuits. Une fois qu’elles sont congelées, on les dépose
dans des sacs de congélation. Quand elle sont crues, elles sont parfaites pour toutes sortes de recettes à base de fruits et de légumes, et dans les salades. Une fois cuites, elles rehaussent à merveille les plats de viande et les grillades.

La pêche, facile à peler
On pratique d’abord une petite incision en croix à sa base, puis on la plonge dans de l’eau bouillante 30 secondes. On la dépose ensuite dans un bol d’eau glacée quelques instants. On utilise le dos d’un couteau à éplucher pour soulever la pelure sans abîmer la chair.

Source: http://www.moietcie.ca/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,