9 09 2013

Gynéco : pertes, saignements… je consulte ou pas ?


 

 

Certains maux typiquement féminins ont le don de nous gâcher la vie. Mais parce qu’ils touchent notre intimité, il est parfois difficile d’en parler. Mieux les connaître permet de ne pas les laisser traîner.

1. J’ai des saignements entre les règles

Des saignements entre les règles. On cherche pourquoi.

Surtout après 40 ans, une perte de sang en dehors des règles peut être le signe d’une lésion du col, précancéreuse ou cancéreuse. C’est pourquoi le gynécologue vous fera un frottis et demandera parfois ensuite une échographie. Si vous êtes en période de préménopause ou ménopausée, il faut en effet s’assurer de l’absence de lésions utérines ou ovariennes : kystes, polypes, fibromes, cancer de l’endomètre (muqueuse de l’utérus). Mais la cause est souvent plus simple.

Après les rapports sexuels :

Faire vérifier le col de l’utérus. Le problème se situe probablement à ce niveau : s’il apparaît rouge et inflammatoire à l’examen, on parle de cervicite. Le simple contact avec le sexe de votre partenaire peut en être la cause. C’est fréquent, parfois associé à la présence d’un stérilet.

Ce qu’il faut faire :

Si l’examen et le frottis sont normaux, on vous prescrit un traitement local à base d’ovules (durant 7 jours par mois) et de poires vaginales antiseptiques. Plus rarement, une cautérisation au laser peut être nécessaire.

Sans raison apparente :

Ces saignements (spottings) ont souvent une explication hormonale. Les pilules très peu dosées en œstrogènes (moins de 20 µg) et les contraceptifs à base de progestatif seul (stérilet hormonal, implant, pilule en prise continue, type Cérazette® ou Microval®) sont connus pour favoriser ce phénomène. L’utérus a besoin de quelques cycles pour s’adapter. La plupart du temps, les spottings s’atténuent avant de disparaître complètement au bout de trois à six mois. S’ils persistent (dans 15 à 20 % des cas), vous devrez peut-être changer pour un contraceptif différent ou plus dosé en hormones. Attention également aux oublis de pilule, source fréquente de petits saignements.

À savoir :

Prendre une pilule générique à la place de sa pilule habituelle peut suffire à provoquer des saignements inhabituels. En effet, l’absorption n’est pas la même en raison de la différence d’excipient. C’est d’ailleurs pour cela que les gynécologues demandent souvent, sur l’ordonnance, de délivrer toujours la même marque.

2. J’ai des écoulements transparents

Un écoulement transparent ? Pas d’inquiétude !

Ces petits écoulements sont tout à fait normaux. Influencés par le climat hormonal, ils connaissent généralement un léger pic en milieu de cycle, au moment de l’ovulation. Les pertes peuvent aussi être plus abondantes pendant la puberté (et juste avant), la grossesse et la préménopause. Ensuite, la verticalisation progressive et naturelle du vagin, souvent moins tonique, peut aussi entraîner ce genre d’écoulement. Si le médecin constate un manque de tonicité périnéale, il conseille quelques séances de rééducation du périnée.

Ce qu’il faut faire :

Une fois par jour, faites une toilette intime externe avec un savon surgras, liquide ou en pain. Lavez d’avant en arrière, avec la main plutôt qu’avec un gant. Prenez le temps de rincer soigneusement et de sécher. Rien n’empêche de porter une petite protection certains jours, mais attention à l’effet buvard des protège-slips, qui ont tendance à entretenir la production des sécrétions.

Ce qu’il faut éviter :

Les douches vaginales et les solutions antiseptiques pour en « venir à bout » sont à proscrire. Même les produits spécifiquement dédiés à la toilette intime sont souvent trop décapants : en perturbant la flore locale, ils risquent d’accroître la production de sécrétions.

3. J’ai des pertes jaunâtres et malodorantes

Des pertes jaunâtres et malodorantes. On consulte vite.

Des sécrétions irritantes, qui tachent et/ou qui ont une odeur désagréable, doivent vous amener à consulter. Elles peuvent indiquer la présence de bactéries (chlamydiae, mycoplasmes, gonocoques…) qu’il faut impérativement rechercher par analyse d’un prélèvement en laboratoire, et qu’il faut traiter. Il existe en effet un risque de transmission et de remontée de l’infection vers les trompes (salpingite), à l’origine de problèmes de fertilité et de grossesses extra-utérines.
D’autres germes, moins dangereux mais fréquents, peuvent être retrouvés (mycoses, gardnerelloses). Non traités, ils peuvent être responsables d’un déséquilibre de la flore vaginale, donc de pertes, de gêne pendant les rapports et de mauvaises odeurs.

Ce qu’il faut faire :

Il est nécessaire de voir votre généraliste ou votre gynécologue, qui mettra en place le traitement oral et/ou local le mieux adapté à votre cas. Celui-ci sera suivi, surtout si les infections se répètent, d’un rééquilibrage de la flore locale (sous forme de gélules, crèmes, unidoses, par voie vaginale) ­pendant 7 à 14 jours.

4. J’ai des pertes collantes et abondantes

Des pertes abondantes et collantes. On demande conseil !

Après avoir vérifié l’absence de germes, le gynécologue va s’intéresser d’un peu plus près à votre col de l’utérus. Fragilisé par un accouchement récent ou une infection importante, même guérie, il arrive qu’il suinte en permanence. D’où des pertes abondantes et collantes.

Ce qu’il faut faire :

La prise des ovules prescrits par le médecin va accélérer la cicatrisation du col. En cas de déséquilibre de la flore vaginale après plusieurs prises d’antibiotiques ou de cortisone (ce n’est pas rare), une cure de gélules vaginales rééquilibrantes est conseillée pendant 7 à 14 jours.

À savoir :

Pour éviter les récidives, parlez-en à votre médecin la prochaine fois qu’il vous prescrira un traitement antibiotique pour une bronchite ou une angine. Il pourra ainsi y associer un ovule antimycosique en fin de traitement, à titre préventif.

Source > TopSante.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Lion
Soleil en Lion
28 degrés
Capricorne
Lune en Capricorne
3 degrés
Lune Gibbeuse Croissante
Lune Gibbeuse Croissante
9 jours

F A C E B O O K


Link

Recevez avec un apéritif dinatoire flunch Traiteur !