10 11 2016

Comment garder la ligne quand on passe sa vie au restaurant ?


 

restaurant  

Lorsque l’on déjeune au restaurant tous les midis pour le boulot, garder la ligne est un vrai combat. Une diététicienne nutritionniste nous donne des astuces simples pour éviter que repas d’affaires riment avec kilos en trop.

Bistrots, restaurants, brasseries… Lorsque l’on passe tous ses midis en repas d’affaires avec des clients, l’addition sur la balance peut s’avérer très salée. Mais comment déjouer les pièges des plus alléchantes cartes des resto à la mode ? Faut-il renoncer définitivement à l’incontournable entrecôte/frite ? Ysabelle Levasseur (1), diététicienne nutritionniste à Paris et à Cannes et membre de l’Association française des diététiciens et nutritionnistes nous livre ses conseils et astuces (et heureusement, elle autorise quelques excès).

Les établissements à privilégier

Si le choix de l’adresse du repas d’affaires ne nous revient pas toujours, lorsque c’est possible on saute sur l’occasion pour imposer ses conditions. « Il vaut mieux privilégier des tables qui proposent des cartes courtes et qui suivent les saisons, ce qui augmente nos chances de déguster un plat maison réalisé avec des produits de qualité », commence Ysabelle Levasseur. Ensuite, lorsque l’on arrive à table, on repousse les gâteaux apéritifs, chips, cacahuètes et corbeille de pain. « Ils représentent beaucoup de gras et finalement très peu de plaisir gustatif », poursuit la diététicienne. Idem pour les olives baignées dans l’huile, les toasts de tarama et les gressins au pavot. Mieux vaut commander un grand verre d’eau et patienter sagement jusqu’à ce que notre entrée ou notre plat de résistance arrive.

Quel plat choisir ?

Que choisir si l’on veut faire attention sans pour autant s’affamer ? « Le midi, il faut se nourrir suffisamment pour éviter la fringale de 16 heures. On privilégie donc un plat qui contient à la fois des protéines (de la viande, des œufs ou du poisson), des légumes cuits ou crus (de la salade, des haricots verts ou même un potage) et des féculents (quinoa, pâtes, semoule ou encore riz), conseille l’experte en nutrition. Il faut simplement faire attention aux quantités et à la cuisson, avertit Ysabelle Levasseur. Les féculents ne doivent pas représenter plus d’un tiers de l’assiette, d’une part. D’autre part, on se méfie des viandes panées, frites ou sautées ». Et si l’on souhaite manger une salade ? « Il y a salade et salade », met-elle en garde. « La salade est un mauvais choix si l’on favorise une salade verte pour son aspect « light », qu’on y ajoute beaucoup d’huile et que l’on abuse du pain à côté ». Encore une fois, on privilégie une salade équilibrée qui tient au corps, à base de féculents, de protéines et de légumes, qui nous évitera le grignotage compulsif de 16 heures et qui ravira bien plus nos papilles. À noter impérativement pour tous les plats : « il ne faut pas hésiter à demander la sauce à part et ne pas rajouter de sel », indique la nutritionniste. D’ajouter : « les plats sont souvent déjà trop salés et trop saucés. »

« Il est néanmoins important de ne pas oublier de se faire plaisir », ajoute-t-elle. On peut évidemment céder de temps en temps à une belle entrecôte ou à un moelleux au chocolat, mais pas tous les jours et pas tout en même temps. Le secret ? « C’est de bien prendre le temps de mastiquer et de savourer. La sensation de satiété n’en sera d’ailleurs que meilleure et plus rapide », assure Ysabelle Levasseur.

Qu’est-ce que l’on boit ?

En ce qui concerne les boissons, on laisse les cocktails et les sodas aux clients et aux collègues et on commande de l’eau. De plus, quand on sait que Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), ne boit jamais d’alcool, on se dit que l’on peut être in avec une bouteille d’eau minérale naturelle. Et si l’on craque une fois de temps en temps pour un verre de vin, « on le commande avec un verre d’eau », préconise la praticienne. Le verre de vin se savoure et le verre d’eau nous désaltère ». « Les alcools forts sont en revanche à proscrire », alerte-t-elle.

Quelle gourmandise en dessert ?

En dessert, si l’on s’autorise le fameux moelleux au chocolat une fois de temps en temps, « on privilégiera les carpaccios et autres salades de fruits, les jus pressés ou encore les fromages blancs », conseille Ysabelle Levasseur. Cependant on évite autant que possible le mélange vin et dessert.

Faut-il compenser le soir ?

« En théorie non, le terme n’est pas « compenser » puisque l’on a privilégié un plat équilibré au moment du déjeuner », déclare la professionnelle de santé. « Mais oui, entre le repas du midi et celui du soir, on rééquilibre toujours les protéines, les féculents et les fruits et légumes, même quand on ne mange pas au restaurant. Ainsi, je m’autorise un laitage si je n’en ai pas mangé à midi, idem pour le fruit et même pour le dessert », préconise-t-elle. Le menu idéal ? Un potage de courge en entrée, un pavé de saumon (sauce à part), lentilles et salade verte et un fromage blanc 0% avec une cuillère de crème de marrons, en dessert. Bonne nouvelle, il est donc possible de se régaler sans culpabiliser.

Source: http://madame.lefigaro.fr/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Sagittaire
Soleil en Sagittaire
23 degrés
Scorpion
Lune en Scorpion
22 degrés
Dernier Croissant
Dernier Croissant
26 jours

F A C E B O O K