10 03 2017

Comment faire aimer les légumes aux enfants ?


 

 

Rares sont les parents qui n’ont jamais fait face à cette situation : le refus catégorique de leurs enfants de finir leur assiette de légumes verts. Pas de panique, il existe des solutions.

Tous les soirs (ou presque) au moment de passer à table, c’est la même rengaine, notre progéniture fait la grimace devant son assiette de choux de Bruxelles, de brocolis, de poireaux et autres «trucs verts». Et pour cause, à les écouter, ils préfèrent les pommes de terre frites, les pâtes à la bolognaise, les pizzas margheritas ou encore les burgers au cheddar coulant. Sauf que les légumes, riches en vitamines, fibres et minéraux sont essentiels à leur santé. Et que bien souvent, ils rechignent avant même d’y avoir goûté. La solution ? Suivre les conseils et astuces de Sarah José , diététicienne, nutritionniste et comportementaliste alimentaire.

Les habituer dès leur plus jeune âge

Commençons par le commencement. «Il ne faut pas faire de généralités. Si vous dites devant votre enfant que celui-ci n’aime pas les légumes, psychologiquement, il finira par ne pas les aimer, explique Sarah José. De surcroît, il faut impérativement lui faire goûter le plus de saveurs possible dès son plus jeune âge. Et pour cause, plus l’enfant est jeune, plus son goût est neutre. Il ne connaît pas encore les notions de sucré, de salé, d’amer ou d’acide… Il est dans une phase d’apprentissage du goût de la même manière qu’il apprend à marcher ou à parler. C’est donc le meilleur moment pour développer son palais», ajoute la professionnelle.

Le secret : cuisiner différemment

Vapeur, grillé, sauté ou encore une cuisson peut complètement changer la donne et la perception de nos petites têtes blondes. Une sauce, un accompagnement ou un plat présenté autrement, il suffit de pas grand-chose finalement pour… les tromper. Ils «détestent» soi-disant les carottes ? On les essaye en gratin, purée, flan accompagné d’autres légumes, tartes salées ou encore quiches. «On leur présente au moins quinze fois sous quinze formes différentes», précise la nutritionniste.

Leur faire goûter tous les légumes

Carottes, brocolis et choux de Bruxelles oui, mais pas seulement. Pourquoi ne pas varier les plaisirs en faisant goûter à nos petites crapules topinambours, panais, courges, artichauts ou encore radis roses ? Parmi ces mille et un légumes, aux saveurs, aux textures et aux odeurs toutes différentes, l’un d’eux trouvera forcément grâce à leurs yeux. Et s’ils n’aiment pas ? «Encore une fois, il faut lui présenter sous une forme différente, et, qui sait, peut-être se ravisera-t-il ?», s’interroge la diététicienne. Avant d’ajouter : «il faut également garder en tête que les goûts changent avec l’âge. Un enfant qui n’apprécie pas les épinards à l’âge de 5 ans, peut tout à fait les adorer à 7 ans». On renouvelle donc l’opération tous les ans !

À noter
Difficile de blâmer nos bambins de ne pas vouloir déguster ces alléchants choux de Bruxelles vapeur si nous n’en faisons pas de même…

Mélanger les légumes avec d’autres ingrédients

S’ils ne jurent que par les pizzas, pourquoi ne pas essayer une pizza aux légumes grillées, avec des champignons, des courgettes ou encore des poivrons ? S’ils adorent les hamburgers, pourquoi ne pas tester la combinaison aubergines grillées, feuilles d’épinards et tomates cerises ? Et enfin, s’ils rêvent que tous leurs repas finissent par un fondant extrêmement chocolat, il est tout à fait possible de lui faire la surprise de temps en temps de lui concocter une crème au chocolat, où l’avocat remplace le beurre.

On soigne la présentation

«Soigner la présentation représente 50 % du travail», déclare Sarah José. «Et cela concerne aussi bien les enfants que les adultes. Un plat appétissant, c’est un plat que l’on a envie de goûter voire de dévorer», signale la mère de famille. Pas faux. Personne ne salive devant une boîte de conserve de carottes-petits pois.

Lui proposer de participer

Emmener ses enfants au marché, à la ferme, au supermarché ou les guider derrière les fourneaux sont également de bons moyens pour vos bambins de tomber amoureux de la verdure. «En pleine phase d’apprentissage et de découverte, ils seront plus à même de tester dans un premier temps puis d’aimer le plat pour lequel ils ont participé que l’inverse», indique la professionnelle.

Ne pas le forcer

Dernier conseil et pas des moindres, «il ne faut pas forcer, ordonne la comportementaliste alimentaire. On fait goûter et on négocie les portions en cas de refus absolu». Au lieu de manger une assiette de haricots verts, pourquoi ne pas diviser les quantités. Après tout, il vaut mieux que votre chérubin en mange un peu, que pas du tout.

Source: http://madame.lefigaro.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Scorpion
Soleil en Scorpion
29 degrés
Capricorne
Lune en Capricorne
1 degré
Premier Croissant
Premier Croissant
2 jours

F A C E B O O K