30 05 2017

Cinq conseils pour mieux gérer votre argent (même si vous n’en gagnez pas beaucoup)


 

 

Si vous n’y connaissez rien aux finances, et ne faîtes plus vos comptes depuis dix ans, cet article est pour vous !

Être une femme n’implique pas d’ouvrir des yeux ronds dès qu’un banquier prononce le mot «placement», ni de confondre PEA et mytheresa. Chez Oddo BHF quatre collaboratrices ont décidé de créer «The Ladies Bank», une plateforme dédiée aux femmes pour leur donner envie de prendre soin de leur patrimoine, avec conseils spécialisés à la clé, «quand souvent leur conseiller bancaire (qui change avec fréquence) ne prend pas le temps de leur expliquer toutes les possibilités qui s’offrent à elles, ou alors les appelle pour leur vendre le produit qui les arrange, parfois de façon pressante», souligne Alix de Renty, banquier privé et cofondatrice de The Ladies Bank.

Un service qui s’adresse évidemment aux femmes ayant un certain patrimoine, entrepreneuses ou en capacité d’épargner : «Il faut avoir un montant à placer, au moins 100.000 euros, et la possibilité de mettre de côté au moins 25.000 euros par an, explique Alix de Renty. Nous pouvons effectuer une simulation pour savoir de combien vous disposerez à 55 ans, ou à quel âge vous pourrez vous arrêter de travailler. On peut aussi nous demander : « Compte tenu de mon patrimoine financier à quel âge puis-je m’arrêter de travailler si j’ai besoin de tant par an ? » Dans le cas des entrepreneuses, nous avons souvent affaire à des personnes dont la majeure partie du capital réside dans leur entreprise : elles n’ont pas anticipé la retraite, les études des enfants, l’achat de leur résidence principale. Nous les accompagnons dans la cession de leur entreprise.»

Notre but : créer un espace où les femmes trouvent une écoute et des réponses précises
Vous ne gagnez pas (encore) beaucoup d’argent ? Cet article est fait pour vous aussi «car l’important est d’épargner le plus tôt possible, même une petite somme chaque mois, en privilégiant l’assurance-vie», précise Alix de Renty. «Enfin, il y a toutes ces questions auxquelles les femmes peuvent être confrontées dans leur vie : «Je touche un héritage, est-ce que je dois acheter un petit appartement ?» ou : «Je touche des bonus et des primes chaque année, comment les placer ?»… Questions qu’elles n’osent pas poser – ou n’ont pas le temps de se poser. Il arrive aussi qu’elles aient le sentiment de ne pas avoir en face d’elles un interlocuteur qui les comprenne. Notre ambition était de créer un espace où elles trouvent une écoute bienveillante et des réponses précises.» Voici pour commencer cinq réflexes à avoir si vous souhaitez épargner* mais n’êtes pas Melinda Gates.

1. Vous ne pouvez mettre de côté qu’une petite somme par mois

Ouvrez une assurance-vie ! «Ne pas l’avoir fait à 40 ans, c’est embêtant, assure Alix de Renty. L’idée est de prendre date : au bout de huit ans, ou plus tard, pour financer votre retraite, ou les études de vos enfants, vous pourrez retirer votre argent en étant faiblement fiscalisée.» Seuls les intérêts rachetés sont imposés. Et si vous optez pour le Prélèvement forfaitaire libératoire (PFL), le taux d’imposition ne sera que de 7,5 %. Enfin, vous profitez d’un abattement de 4600 euros ou 9200 euros annuels si vous êtes en couple : autrement dit, sur 10.000 euros d’intérêts rachetés, seuls 5400 euros seront imposés. «En plus de ces avantages en cas de retrait, l’assurance est un outil permettant d’optimiser la transmission aux enfants, précise Yasmina Brasseur, ingénieure patrimoniale et cofondatrice The Ladies Bank. Vous pouvez mettre de côté X euros par mois par prélèvement automatique sur un compte à part, réserve dans laquelle vous pouvez toujours puiser. Puis à la fin de l’année, versez ce dont vous n’avez pas besoin sur votre assurance-vie. Cela ne vous fera peut-être pas acheter une résidence principale mais permettra un apport intéressant, et c’est toujours une bonne surprise en fin d’année !»

De la même façon, vous pouvez ouvrir un Plan d’épargne en action (PEA) et mettre 10 euros dessus. Le jour où vous en aurez besoin vous aurez pris date – c’est une enveloppe fiscale intéressante dans la mesure où les dividendes et les plus-values sont exonérés après cinq ans sans retrait.

2. Vous souhaitez investir dans une entreprise

… celle d’un ami par exemple, car vous croyez en son projet. C’est l’effet start-up, voire l’effet crowdfunding : de plus en plus de particuliers placent leur confiance au cœur de l’économie, par conviction et aussi pour parier sur une croissance plus importante que les taux d’intérêt en vigueur ! «Notre conseil : au lieu de prendre directement une participation au capital, faites-le via un PEA qui permet de verser jusqu’à 150.000 euros, précise Yasmina Brasseur. Il existe en plus un PEA-PME plafonné à 75.000 euros et vous pouvez en souscrire comme pour le PEA classique jusqu’à deux par foyer, ce qui revient au total à 450.000 euros. À tout moment, si vous vendez vos participations en laissant le prix de vente investi dans le PEA, vous ne serez soumis à aucune fiscalité. En revanche, après huit ans, en cas de retrait, vous ne devrez payer que les prélèvements sociaux de 15,5%.»

3. Vous touchez des bonus ou des primes

Le conseil de The Ladies Bank : attendre pour investir d’avoir atteint le plafond des enveloppes d’épargnes non fiscalisées (LDD, Livet A) qui vous permettront d’avoir des liquidités accessibles rapidement pour subvenir aux besoins quotidiens ou ponctuels (voyages, impôts…). Le surplus qui a vocation à être utilisée à long terme peut faire l’objet d’un placement sur votre assurance vie.

4. Vous touchez un héritage

Une réaction classique consiste à vouloir utiliser cette somme pour l’achat d’un appartement ou pour rembourser une partie ou la totalité de son prêt immobilier. «Nous conseillons de placer une part de cet héritage en assurance-vie car, aujourd’hui, les taux sont tellement bas qu’il vaut mieux emprunter, avance Yasmina Brasseur. Si vous empruntez avec un taux à 1,5% et que votre assurance-vie vous rapporte 3% c’est déjà intéressant. Une banque valoriserait d’ailleurs le fait d’avoir une assurance-vie en tant que garantie d’un prêt.»

5. Vous voulez investir dans un bien immobilier, même petit

Le bon réflexe reste l’emprunt – compte tenu des taux d’intérêt actuellement faibles. Attention : n’oubliez pas, avant de vous lancer, que votre taux d’endettement (charge d’emprunt) ne doit excéder plus de 33 % de vos revenus annuels. Une fois le bien acheté, si c’est un investissement locatif il faut garder en tête la fiscalité des revenus fonciers.

L’autre question à se poser est la durée nécessaire pour rentabiliser le coût d’acquisition (frais de notaire de 7,5% notamment). En gros : combien de temps devrez-vous conserver votre appartement avant de le vendre, pour rester dans vos frais? Puis, en cas de revente, si c’est un investissement locatif, attention à l’imposition de la plus-value. Car cette imposition est dégressive à partir de la cinquième année de détention seulement. En revanche, s’il s’agit de la résidence principale, il n’y a pas d’imposition en cas de plus-value.

Retrouvez plus de conseils («Divorce : je fais le point sur la pension alimentaire et la prestation compensatoire» ; «mon mari est professionnel libéral ou entrepreneur : quel régime matrimonial choisir ?») et plus d’infos dans la rubrique Témoignages de The Ladies Bank

Source: http://madame.lefigaro.fr

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Vierge
Soleil en Vierge
29 degrés
Verseau
Lune en Verseau
28 degrés
Lune Gibbeuse Croissante
Lune Gibbeuse Croissante
12 jours

F A C E B O O K