10 09 2014

Changement de vie : ce qui les a décidées


 

fabien-clauw-realise-ses-reves-a-bord-de-black-beatle_1813876_800x400  

Décide-t-on du jour au lendemain de laisser tomber son job salarié pour se lancer dans l’aventure de l’entreprise ? Rarement. Mais il y a en général un déclic. Les candidates à notre grand prix du changement de vie racontent le leur.

Plusieurs grandes « familles » de motivation se dégagent des témoignages reçus. Le point commun : l’envie de maîtriser son métier et même sa vie !

-L’envie d’être autonome

« Après une expatriation de 4 ans aux Etats-Unis, je suis rentrée en France avec l’envie d’entreprendre. » (Virginie, 36 ans)

« Je ne m’épanouissais plus dans ce travail, j’avais besoin de créativité et d’indépendance. » (Françoise, 58 ans)

« J’avais envie d’être autonome et de gérer moi-même mon affaire sans avoir quelqu’un au-dessus de moi pour me dire ce que je dois faire et comment le faire. » (Anne-Marie, 40 ans)

« J’avais besoin de contact direct avec mes clients pour échanger sur leurs besoins, de travailler à un autre rythme, mais aussi de pouvoir sortir des limites établies par un profil de poste. » (Estelle, 40 ans)

« Fille d’immigrés ayant réussi à force de travail et de ténacité en tant qu’indépendants, il est inscrit dans mon ADN la même ténacité et le gout de l’entreprenariat. » (Isabel, 49 ans)

« Le sentiment de savoir pourquoi on se lève le matin et de travailler sans compter. La passion réside aussi dans le fait de ne pas être qu?un maillon de la chaîne d?une entreprise mais de s?inscrire dans un projet global et de voir grandir son ‘bébé’.  » (Céline, 33 ans)

-Un changement de région

« Au départ, c’est un changement de région afin de retrouver une maison de famille.  » (Valérie, 43 ans)

« Je quitte la région parisienne, mon poste dans une grosse entreprise internationale pour laquelle je travaillais depuis plus de 10 ans, je vends ma maison pour m’installer avec mes enfants en province dans la ville ou vit mon nouveau conjoint. » (Agnès, 48 ans)

« Mon mari était représantant de commerce, j’en avais assez de n’être avec lui que les week-end. On a vendu notre pavillon, quitté nos 2 emplois respectifs, acheté une nouvelle maison, et on s’est mis au travail de la vigne. » (Michèle, 65 ans)

-Le besoin de donner du sens à sa vie, d’être en accord avec ses valeurs

 » J’avais envie de transmettre ce qui m?avait été donné et d?aider chacun à trouver sa flamme intérieure. » (Cécile, 42 ans)

« Ma décision a été motivée par le désir profond de me créer un emploi en adéquation avec mes aspirations profondes : faire plaisir à mes clients, posséder un lieu à mon image, être mon propre patron. » (Séverine, 33 ans)

 » La perte d’êtres proches, la maladie d’autres m’ont réellement fait prendre conscience que la vie est éphémère et qu’il faut écouter ses envies… » (Aline, 48 ans)

« Après plus de 10 ans en tant que chargée de la gestion du personnel , j’ai décidé de quitter l’entreprise dans laquelle je travaillais. En effet, les conditions de travail ne correspondaient plus à mes attentes et aux valeurs auxquelles je suis attachées: le respect, la bienveillance, la confiance, le non jugement et la bonne humeur. » (Sandra, 40 ans)

« Un grand chagrin d’amour et un besoin impérieux de quitter une entreprise dont les valeurs humaines n’étaient plus du tout en phase avec les miennes ! » (Dominique, 54 ans)

« Sortir du stress quotidien et de la course à la productivité. Je voulais retrouver l’essentiel et être en accord avec mes vraies valeurs. » (Karine, 43 ans)

-Le choix de poursuivre une passion

« Je voulais exprimer ma créativité tout en exerçant un métier manuel. » (Amandine, 31 ans)

« La cuisine est une passion depuis l’enfance. Une fois mes trois enfants plus grands, j’ai décidé de vivre cette passion au plan professionnel. » (Emmanuelle, 44 ans)

« Suite à un accident de la vie me laissant avec un handicap gênant dans ma vie professionnelle de l’époque, j’ai décidé de changer d’orientation et de faire d’une de mes passions, la décoration, mon métier. » (Valérie, 47 ans)

-L’arrivée d’un nouvel enfant qui pousse à faire le bilan

« Un congé parental a été la source du changement. Ce temps m’a permis de réfléchir, de formaliser mon envie, de définir et de préparer mon projet. » (Valérie, 38 ans)

« Lors de mon 2ème congé maternité, j’avais envie d’être présente pour mes enfants, de faire partie de leur vie plus d’une heure par jour et de quitter la région parisienne. Par contre, il était hors de question pour moi de mettre entre parenthèses mes ambitions professionnelles ou de prendre un job alimentaire. » (Adeline, 33 ans)

« Mais voilà, j’étais en congé maternité de mon deuxième enfant, et en pleine réflexion sur la nouvelle organisation familiale, mes objectifs professionnels. » (Anne, 39 ans)

« Après la naissance de mes 2 enfants et un congé parental, j’ai décidé de suivre mes envies et de faire ce pour quoi j’étais faite, et qu’au fond j’avais toujours fait : communiquer par l’écriture. » (Lisa, 32 ans)

Source: http://www.journaldesfemmes.com/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Taureau
Soleil en Taureau
6 degrés
Vierge
Lune en Vierge
21 degrés
Lune Gibbeuse Croissante
Lune Gibbeuse Croissante
10 jours

F A C E B O O K