17 09 2013

Anti-âge : Les 5 molécules les plus efficaces


 

anti-age-les-5-molecules-les-plus-efficaces  

Seules ou associées à d’autres actifs, voire entre elles, ces molécules sont ce qui se fait de plus pointu pour lutter contre le vieillissement de la peau. On vous dit tout sur la façon dont elles agissent et dans quels soins les retrouver…

1. ANTI-ÂGE : VITAMINE C, PEPTIDES ET POLYPHÉNOLS

La vitamine C antitaches & antirides
Appelée aussi acide L-ascorbique, la vitamine C est essentielle au métabolisme de l’organisme, et également à la peau. Or, on ne peut pas la synthétiser.

D’où vient-elle ? Elle est présente dans tous les végétaux (agrumes, kiwi, acérola…), mais celle que l’on trouve dans les produits de beauté est généralement de synthèse.

Quels effets sur la peau ? C’est l’un des plus puissants antioxydants.

– Elle booste les cellules de l’épiderme (les kératinocytes) et celles du derme (les fibroblastes).

– Elle stimule la production de certains collagènes au niveau du derme et limite l’action des enzymes (les métalloprotéinases) qui attaquent le collagène.

-C’est un antitaches très efficace. Elle freine la production de mélanine, responsable des taches, en inhibant la tyrosinase, une enzyme responsable de la pigmentation.

Les résultats ? La vitamine C a une action lissante en surface visible rapidement et donne de l’éclat à la peau. Mais il faut compter deux mois pour un résultat sur les ridules et les rides, et au moins trois mois pour une amélioration de l’hyperpigmentation.

Les peptides anti-âge & apaisants
De plus en plus utilisés, ces actifs prometteurs sont des chaînes d’acides aminés naturellement présentes dans la peau. Ils peuvent s’appeler dipeptides, hexapeptides ou polypeptides, suivant le nombre d’acides aminés dont ils sont composés. Ce sont des messagers qui agissent par mimétisme : ils se fixent sur les récepteurs des cellules qui les reconnaissent, ce qui déclenche une cascade de réactions jusqu’au derme.

D’où viennent-ils ? Connus depuis les années 70, les peptides étaient principalement utilisés en pharmacie. Leur usage en cosmétique est relativement récent. Fabriqués par synthèse, ils sont la reproduction exacte de ceux qu’on trouve dans des plantes (arganier, extraits d’algues, extraits de levure…). Ce qui leur confère une pureté et une tolérance élevées. Ils sont chers à produire, mais heureusement efficaces à très petite dose.

Quels effets sur la peau ?

– Certains boostent le renouvellement cellulaire. D’autres stimulent les fibroblastes, entraînant la synthèse de collagène et d’élastine, et diminuant les phénomènes de dégradation de ces mêmes fibres.

– D’autres sont apaisants, voire anti-inflammatoires, et jouent sur ce qu’on appelle « l’inflam-aging » ou inflammation chronique, qui accélère le vieillissement.

Les résultats ? Ils ne peuvent pas se voir avant un mois de traitement, car les peptides agissent en profondeur. C’est pourquoi ils sont plutôt utilisés en synergie avec d’autres actifs anti-âge.

Les polyphénols anti-âge & dépigmentants
Présents dans quasiment toutes les plantes, les polyphénols aident celles-ci à se défendre contre les agressions externes (froid, chaud, UV…). Ce sont donc de très forts antioxydants.

D’où viennent-ils ? Il s’agit d’extraits naturels que l’on trouve dans de nombreuses plantes, dont le thé vert, le raisin, le cacao. Instables, ils sont souvent greffés ou encapsulés, ou encore extraits avec leur environnement, ce qui permet de les stabiliser.

Quels effets sur la peau ?

– Ils préservent de l’oxydation et ralentissent donc le vieillissement grâce à leur action antiradicalaire. Ce sont des molécules clés de la prévention anti-âge.

– Ils ont des propriétés dépigmentantes mais aussi antiglycation, stimulatrices des fibroblastes (et donc des collagènes, de l’élastine…).

Les résultats ? Ils unifient le teint et favorisent l’éclat, mais les effets ne se voient qu’au bout d’un mois au moins.

2. ANTI-ÂGE : SUCRES ET ACIDE HYALURONIQUE

Les sucres hydratants & liftants
Le glucose est « le fuel des cellules », il leur permet de produire leur énergie. Depuis une dizaine d’années, l’étude des sucres complexes (glycanes) a montré leur rôle sur la biologie de la peau. Ce sont des molécules d’avenir en cosmétique, car il existe un nombre infini de combinaisons possibles avec les sucres. Ils s’appellent fructose, rhamnose, glucose, tréhalose, et aussi mannitol, xylitol, polysaccharides…

D’où viennent-ils ? Les sucres proviennent de fruits, de plantes comme la canne, de légumes tels la betterave ou le maïs, mais aussi du miel ou, plus insolite, des algues. On les obtient en les mettant en culture en présence de levures. Stables, ils ont l’avantage d’être parfaitement tolérés et issus de la chimie verte, c’est-à-dire produits sans conséquences néfastes pour l’environnement.

Quels effets sur la peau ?

– Ils sont d’abord hydratants, car ils fonctionnent comme des éponges et aident la peau à maintenir une hydratation optimale.

– Ils sont apaisants, voire anti-inflammatoires.

– Et aussi… Récemment, une nouvelle action a été identifiée. Certains sucres envoient des messages pour favoriser la production de collagène, d’élastine et des glycosaminoglycanes (ou GAGs), principaux composants de l’environnement des cellules du derme.

Les résultats ? Les plus gros sucres forment un film liftant à la surface de la peau, d’où un effet visible immédiatement. Les autres ont une action à plus long terme et sont plus efficaces s’ils sont couplés à d’autres actifs.

L’acide hyaluronique hydratant & repulpant
Présent dans le corps, ce sucre complexe retient jusqu’à mille fois son poids en eau. Il est biomimétique, c’est-à-dire reconnu par l’organisme. Utilisé depuis les années 70 en chirurgie ophtalmique, il a fait son entrée en médecine esthétique en tant que produit de comblement depuis une dizaine d’années, puis dans le monde cosmétique.

D’où vient-il ? À l’origine tiré des crêtes de coq broyées, l’acide hyaluronique est aujourd’hui produit par biotechnologie à partir du blé ou de la betterave.

Quels effets sur la peau ?

– De haut poids moléculaire, il forme un film à la surface, qui comble les rides, et retient l’eau dans les couches supérieures de l’épiderme. Il stimule aussi le renouvellement cellulaire.

– De très bas poids moléculaire (fragmenté), il s’infiltre dans les couches les plus profondes pour compenser et favoriser la production d’acide hyaluronique naturel par la peau, qui diminue avec l’âge. Il booste aussi la formation de collagène, regonflant ainsi le « matelas » du derme, et repulpe.

Les résultats ?
Un effet combleur immédiat et un effet anti-âge au bout d’un mois minimum.

Que penser du rétinol ?
Molécule de référence, le rétinol est aujourd’hui controversé… Ce précurseur de la vitamine A est soup-çonné de « fatiguer » les cellules en provoquant un renouvellement cellulaire incessant. Ce sont des dérivés du rétinol (rétinal-déhyde, retinyl palmitate ou rétinol encapsulé) qui sont utilisés en cosmétique. Ils agissent en surface (effet exfoliant et antioxydant),
au niveau de l’épiderme et en profondeur, au niveau du derme, en stimulant la production de collagène et d’élastine (Eluage émulsion, Avène ; Redermic R, La Roche Posay ; Sérum rétinol anti-rides, Nutrimetics).

Source: http://www.topsante.com

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Calcul de l'indice de masse corporelle

  • Genre
  • Poids (kg)
  • Taille (cm)

A    L i r e    A u s s i



H o r o s c o p e

Balance
Soleil en Balance
6 degrés
Bélier
Lune en Bélier
18 degrés
Pleine Lune
Pleine Lune
16 jours

F A C E B O O K