20 07 2014

8 choses à savoir sur les kystes ovariens


 

8-choses-a-savoir-sur-les-kystes-ovariens_exact441x300

Fréquemment sujet d’inquiétude pour les femmes, les kystes ovariens sont le plus souvent bénins. Dans certains cas, ils doivent cependant être enlevés. Le point sur tout ce qu’il faut savoir avec ce sujet.

Un kyste ovarien est une tumeur bénigne
Un kyste ovarien est une tumeur généralement bénigne. Elle s’apparente à une petite poche remplie de liquide, généralement de moins de 5 cm. Rarement, un kyste peut dégénérer en tumeur maligne et entrainer un cancer de l’ovaire.

Il existe deux types de kystes ovariens
Les kystes ovariens peuvent être de 2 types : fonctionnel ou organique. Le kyste fonctionnel représente 90 % des cas. Il évolue au cours du cycle menstruel, souvent influencé par une perturbation hormonale. Généralement sans gravité, il peut disparaître spontanément en quelques mois ou à l’aide d’un traitement. Le kyste organique est plus rare et doit la plupart du temps être opéré.

Les kystes fonctionnels ovariens évoluent en fonction du cycle
Chaque mois, après l’ovulation, le follicule dans lequel se trouvait l’ovocyte sécrète de la progestérone et devient le corps jaune. Mais parfois, le follicule grossit anormalement au lieu d’éclater et de libérer l’ovule. C’est alors qu’un kyste apparaît.

Le kyste provoque des douleurs au bas-ventre
Douleurs, tiraillements, sensation de pesanteur, saignements en dehors des règles : ces symptômes peuvent être révélateurs d’un kyste ovarien. Pour le déceler, le gynécologue procède à une échographie pelvienne, par voie abdominale ou endovaginale.

La plupart du temps un kyste fonctionnel régresse spontanément
Lorsqu’un kyste de l’ovaire est de petite taille, une simple surveillance est suffisante et aucun traitement n’est nécessaire. Dans la plupart des cas, le kyste va en effet diminuer ou disparaître spontanément après trois à six mois.

La pilule peut favoriser la régression des kystes fonctionnels
Si le kyste de l’ovaire est assez gros ou s’il est douloureux, la prise d’un contraceptif hormonal peut être proposé par le gynécologue pour tenter de réguler les troubles hormonaux à l’origine de la formation du kyste.

Le kyste de l’ovaire nécessite parfois d’être retiré
S’il ne régresse pas ou s’il est trop gros et douloureux, il est parfois nécessaire d’effectuer une opération chirurgicale (le plus souvent par cœlioscopie) pour retirer le kyste. Un kyste de grosse taille peut en effet entraîner une torsion de l’ovaire, susceptible de provoquer la perte de l’ovaire. Il s’agit d’une urgence médicale.

Certains kystes peuvent entrainer une infertilité
Dans certains cas, les kystes peuvent provoquer une infertilité. C’est notamment le cas des ovaires micro-polykystiques qui provoquent de multiples petits kystes sur les ovaires pouvant empêcher l’ovaire de libérer l’ovule. Un drilling peut permettre de résoudre le problème en favorisant la libération de l’ovule. Certains kystes organiques peuvent aussi diminuer les chances de grossesse tout comme les kystes liés à une endométriose. N’hésitez pas à consulter votre gynécologue pour lui en parler.

Source: http://www.topsante.com/

 
 
 
 
 
 
 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,